Atteindre ses objectifs professionnels, sans se trahir. Le réseau  c’est de la magie, du hasard ou de la chance….C’est un peu tout ça ; mais pas que….

  • Le réseau comme toile d’araignée (web en anglais). La notion de réseau renvoie donc primitivement à celle de capture ou de chasse : le réseau est ainsi un outil de capture d’informations.

  • Voir aussi Le « phénomène du petit monde/l’effet du petit monde » Expériences menées par Milgram : les 6 degrés de séparation.

       Au-delà de la Magie et du Hasard ou de la chance c’est aussi :

       « comment comprendre, construire et réussir une stratégie réseau ? »

  

  • Et aussi

                      

Animation du corner du 03 octobre "ELLEactive"
Publication ELLE  octobre 2016

En Occident, notre culture cartésienne décrit l'intelligence comme la capacité à raisonner selon William Stern qui développe le QI et Alfred Binet qui publie l'échelle métrique du raisonnement au  début du 20ème. Avec l'expérience, on s'est rendu compte que les humains ne donnent pas toujours « le rendement » dont ils sont capables et qu'il y a des facteurs importants qui stimulent et inhibent les aptitudes intellectuelles. On mesure l'intelligence rationnellement alors qu'il en existe d'autres formes plus complexes. 
 

Afin de comprendre ce qui permet d'actualiser les aptitudes des gens, des penseurs ont identifié une nouvelle forme d'intelligence : il s'agit de l'intelligence Emotionnelle (EI – Emotional Intelligence). Le terme est repris par Daniel Goleman, journaliste scientifique qui popularise le concept et développe le QE (Quotient Emotionnel, indicateur qualitatif de notre quotient émotionnel) avec la publication de son livre en 1995 « l'intelligence émotionnelle ».
 
Selon Daniel Golman, l'IE possède 4 concepts/compétences  qui sont :

 

  • La conscience de soi (capacité à comprendre ses émotions, à reconnaître leur influence et à les utiliser pour guider ses décisions) ;

  • La maîtrise de soi  (consiste à maîtriser ses émotions et ses impulsions et à s'adapter à l'évolution de la situation) ;

  • La conscience sociale (englobe la capacité à détecter et à comprendre les émotions d'autrui et à y réagir) ;

  • La gestion des relations  (correspond à la capacité à inspirer et à influencer les autres tout en favorisant leur développement et en gérant les conflits).

 

Le management est de moins en moins considéré comme un exercice gestionnaire et exclusivement rationnel. Admettre que l'on est en colère, comprendre pourquoi, savoir analyser et gérer ses émotions permet d'être plus performant au quotidien. La connaissance des émotions permet au leader d´évaluer son impact sur son propre jugement. La capacité à influencer les émotions des membres de son équipe permet d'encourager leur ouverture au changement et un état affectif positif favorise l´expression de la créativité.
 
Contrairement au cerveau rationnel, siège de l'apprentissage des compétences techniques et purement cognitives,  qui apprend rapidement,  les centres de l'émotion apprennent différemment. Maitriser une nouvelle compétence comportementale exige des mois parce que les centres émotionnels du cerveau y sont impliqués. Elle  s'acquiert par la pratique et l'accompagnement. En matière de QE, rien n'est figé, les compétences peuvent se développer tout au long de la vie.
 
Commencer par exprimer ses sentiments. La communication non violente utilise une liste de plus de 250 sentiments (il en existe beaucoup plus) : étoffer son vocabulaire  pour expliciter ses sentiments et passer à l'action. Nous n'en utilisons tout au plus une dizaine ! Une pudeur et une réserve nous empêche de les exprimer : un héritage transmis de génération en génération qui devient de plus en plus compliqué à porter quand l'entreprise nous demande de faire plus avec  moins.
 
Dans l'entreprise, malheureusement seules les émotions positives semblent les bienvenues. Pour les autres émotions, chacun est prié de les laisser au vestiaire. Il est impératif pour un manager de prendre en compte les émotions négatives qui bloquent l'énergie de ses collaborateurs et ralentissent la transformation. La gestion émotionnelle est une clé essentielle du leadership : il faut savoir gérer ses émotions et celles de ses collabora
teurs, identifier les émotions de son équipe pour pouvoir agir en stratège.
 
Lorsque le dialogue s'instaure convenablement entre le raisonnement et les émotions, l'intelligence émotionnelle et la capacité intellectuelle s'en trouve améliorées. Trouver le bon équilibre entre les deux c'est harmoniser la tête et le cœur.

Nous connaissions le QI ! Aujourd'hui on parle aussi d'EI et de QE dans l'entreprise comme dans ses relations personnelles. De quoi s'agit-il ? Et comment peut-on se l'approprier ?

 Engagement qualité 2017

 Publication juillet 2015

Certification qualité ICPF & PSI/CNEFOP-ISO 29990 niveau expert pour les trois fonctions : consultant formateur, facilitateur et coach.

 Publication juillet 2015

 Animation octobre 2016